Archive | Dans la presse RSS feed for this section

Sur le site de l’ASH (Actualités sociales Hebdomadaires)

10 Avr

Une adresse publique aux candidats pour demander l’égalité des droits pour les salariés étrangers

Dix organisations de défense des droits des étrangers ont présenté mardi 3 avril une « adresse publique » aux candidats aux élections 2012, pour l’égalité des droits entre Français et étrangers, en réclamant en particulier la suppression des dispositifs discriminatoires qui maintiennent les salariés étrangers dans la précarité et la création d’un titre de séjour unique, donnant droit au travail et renouvelable automatiquement.
Cet article est réservé aux abonnés de la revue Actualités Sociales Hebdomadaires (ASH).

Pour lire la suite, si vous êtes abonné-e, cliquer ici

Dans le journal de France Culture du 4 avril

10 Avr

A partir de 13:12, le reportage de France culture sur notre conférence de Presse

http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4418225

Pour sortir du travail clandestin (article de l’Humanité du 4 avril 2012)

10 Avr

Plusieurs syndicats et associations ont lancé hier une « adresse publique » aux candidats à la présidentielle pour une « égalité des droits » entre travailleurs français et étrangers.

Pour dénoncer « l’hypocrisie » et « l’absurdité » de la politique migratoire menée actuellement par la France, sept associations (Gisti, Cimade, Mrap, Fasti, Droits Devant!!, RESF et Autremonde) et trois syndicats (CGT Paris, FSU et Solidaires) ont rendu publique, hier, leur « adresse publique » aux candidats aux élections présidentielle et législatives. « Les gouvernements successifs n’ont cessé de légiférer pour réduire comme peau de chagrin les droits des migrants faisant d’eux des boucs émissaires », écrivent-ils.

Quatre ans après le lancement d’une grève inédite pour la régularisation des travailleurs sans papiers, ces associations et ces syndicats, qui les ont soutenus, dénoncent « la série d’obstacles organisés par la loi elle-même » contre leur régularisation. À Paris, la CGT estime que 50 à 60 % des grévistes ont été régularisés. « Les autres continuent à faire ce qu’ils font depuis des années : travailler dans la clandestinité », dénonce Olivier Villeret, de la CGT Paris, pour qui, « dès qu’il n’y a plus de rapport de forces, on retourne au droit commun, celui de l’arbitraire préfectoral ».

Pour en finir avec cette « stigmatisation », associations et syndicats proposent la création d’un « titre de séjour unique, stable, avec droit au travail, renouvelable de plein droit » et la suppression de l’admission exceptionnelle au séjour et de l’opposabilité de la situation de l’emploi, « préférence nationale qui ne dit pas son nom ».

Envoyée hier, cette lettre a déjà reçu la réponse écrite, sur huit pages, de Jean-Luc Mélenchon. « L’ensemble des témoignages de situation que vous sortez de l’ombre démontrent tous l’aberration et l’inhumanité des politiques actuelles en matière d’immigration », écrit le candidat du Front de gauche, qui se dit d’accord avec l’ensemble des propositions. Des représentants du NPA et de Lutte ouvrière étaient également présents, hier, à la conférence de presse.

Marie Barbier